Ville de Montmagny x Options de la carte
Installations sportives
  • Aréna et patinoire
  • Terrains sportifs et locaux récréatifs
  • Piscines
  • Jeux d'eau
  • Marina et rampe de mise à l'eau
Lieux culturels
  • Bibliothèque
  • Musées
  • Salle de spectacle
  • Patrimoine
Parcs et espaces vert
  • Parcs
  • Modules de jeux
  • Circuits et sentiers
  • Pistes cyclables
  • Lieux d'observation
Services publics et municipaux
  • Hôtel de ville
  • Police
  • Service incendie
  • Hôpitaux et cliniques
  • Écoles et centres de la petite enfance
  • Palais de justice
  • Écocentres
  • Jardins communautaires
  • Maisons des jeunes
  • Bureau d'information touristique
  • Campings
Stationnements publics
Bornes électriques
Haltes sanitaires
Travaux et chantiers
Développements résidentiels
Accès rapides

Le maire de Montmagny demande plus d'autonomie et moins de bureaucratie aux candidats dans le dossier des infrastructures municipales

Le 17 mars dernier, le maire de Montmagny, M. Jean-Guy Desrosiers, a pris part à la rencontre organisée par l'Union des municipalités du Québec portant sur les enjeux électoraux. C'est à titre de vice-président du Caucus des municipalités de centralité qu'il a demandé aux chefs des partis en lice aux élections provinciales de prendre des engagements fermes dans le dossier des infrastructures municipales, un enjeu crucial pour le développement économique des communautés. Concrètement, M. Desrosiers demande au gouvernement d'investir plus dans les infrastructures municipales, de donner plus d'autonomie aux municipalités et de réduire la bureaucratie pour augmenter l'efficience.

Au Québec, 58 % des infrastructures publiques sont municipales, mais seulement 8 % du budget du Plan québécois d'infrastructures y est consacré. Les municipalités paient 76 % de la facture alors que Québec en paie seulement 14 %... C'est pourquoi le monde municipal demande au gouvernement d'augmenter le seuil d'investissement de 650 millions $ par année dans le Plan québécois d'infrastructures, de garantir un transfert rapide et complet de l'argent fédéral aux municipalités, et de rendre admissibles aux programmes québécois et canadien toutes les catégories d'infrastructures municipales.

« Nous connaissons mieux que quiconque nos infrastructures municipales et sommes par conséquent les mieux placés pour cibler les travaux qui doivent être exécutés en priorité. Malheureusement, le manque de flexibilité des programmes d'infrastructures québécois et canadien nous enlève toute latitude. À titre d'exemple, nous voudrions rénover le centre des Migrations à Montmagny, mais le projet ne cadre pas dans les critères du programme qui cible davantage les infrastructures souterraines d'eau. Je sais qu'il est important d'investir dans les tuyaux, mais il y a parfois d'autres priorités! Les longs délais de signatures d'ententes et les nombreux contrôles imposés nous mettent aussi des bâtons dans les roues, au détriment de l'efficience et de la productivité », de confier M. Desrosiers.

D'ici le jour du scrutin, M. Desrosiers suivra donc avec grand intérêt les divers partis politiques pour connaître leurs intentions dans cet important dossier.